Notre non-emploi du temps pour la prochaine rentrée en IEF

Lorsque le printemps arrive, beaucoup de parents commencent à faire leurs programmations et progressions pour septembre.
Quand certains se posent la question de savoir quels manuels ils utiliseront, d'autres se lancent dans l'élaboration de leur planning.


Pour nous, rien de tout cela.

  • Non pas que je ne sache pas comment faire, 
  • non pas que je n'aie pas le temps de le faire, 
  • non pas que je n'aie pas l'envie de le faire.
Je pourrais commencer par calculer le nombre de semaines d'instruction, pour ensuite prendre le sommaire de chacun de mes différents manuels, faire un découpage des notions à aborder et les répartir dans un semainier.

J'aurais là une belle programmation, bien carrée, bien calée. Je serais rassurée, en me disant "c'est dans la boite, il n'y a plus qu'à".

Sauf que je ne peux pas fonctionner comme cela. Dès le départ, avant même de commencer le premier jour d'instruction, je savais qu'il me serait impossible de m'organiser de la sorte. 

Pourquoi ? 

Tout simplement, parce que dans une programmation où tout est déjà orchestré pour l'année, il n'y a plus aucune place pour les envies de Mr H., pour ses questionnements qui sont autant de portes ouvertes sur d'autres apprentissages. 


Si je fige ses apprentissages, il s'ennuiera, ses apprentissages perdront toutes leurs saveurs, toutes leurs couleurs.
Tout deviendra terne et routinier. 
Si, pour beaucoup, la routine est rassurante, pour Mr H. comme pour moi, elle est synonyme de lassitude, d'étouffement.

De plus, selon moi, un semainier impose un rythme de travail précis et ne laisse aucune place à la non-compréhension d'une notion, en ce sens que l'on ne peut pas "déborder" sur le temps imparti pour comprendre. 
Certaines notions sont vite acquises, mais d'autres peuvent demander plus de travail et cela, pour moi n'est pas calculable à l'avance. 
J'aime laisser de la place à l'entrainement, et laisser un rythme souple, nécessaire à l'épanouissement de Mr H..

En résumé, ce qui s'applique très bien à beaucoup d'enfants n'est pas applicable ici. 


Je fais un emploi du temps classique, basique, avec seulement le nom des matières à étudier et les jours de la semaine qui seront consacrés à l'étude. Ensuite, je prends mes manuels et je note ce que je vais aborder en premier lieu dans chaque matière. Une fois les notions acquises, nous poursuivons notre progression.

Pour moi, l'important n'est pas tant d'avoir fini le programme en temps et en heure, l'important est d'avoir acquis l'ensemble des notions contenues dans le programme, peu importe le nombre de semaines dévolues à cela, peu importe de suivre ou non les vacances scolaires.






 

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci à vous d'être passée par ici 🙂

      Supprimer
  2. je fais pareil ! les vacances sont fluctuantes , en fonction de quand grand mamie vient nous rendre visite ou le grand frère , donc pas les mêmes que celles du calendrier sco .On travaille selon "la vie' sortie , rencontre , rdv , la 'journée sport' peut changer .Cette année la géométrie a été groupé en fin d année .Quel interet de tout programmer ?
    isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, être en IEF c'est pouvoir bouleverser l'ordre des apprentissages 🙂. Cela n'empêche pas d'acquérir des savoirs et permet en plus de se sentir bien dans ce que l'on fait.

      Supprimer

Merci pour vos commentaires